Retour
cours des métaux

cuivre aluminium LME

Métaux de base : Après la déception, la sanction

Posté par : Christophe Véron 16.05.2023 à 11h40

On le sait, les marchés sont friands d’analyses prévisionnelles. Mais gare aux sanctions si d’aventure ils sont déçus par le résultat final. C’est exactement ce qui vient de se produire pour les métaux, qui décrochent fortement après la publication de statistiques industrielles chinoises jugées… décevantes, avec +5.6% de croissance en avril, contre 10,9% ‘prévu’ par les analystes. « Nous constatons un rebond sur le marché des métaux de base, qui fait suite à l’accès de faiblesse de la semaine dernière », commentait Arthur Parish, analyste chez SP Angel, lundi 15 mai. « Des signes pouvant pousser à l’optimisme commencent à émerger en Chine, notamment l’injection de liquidités, qui soutient les cours. Mais la demande en cuivre reste atone et les stocks demeurent conséquents », affirmait-t-il. Son confrère, Carsten Menke, analyste chez Julius Baer, ajoutait  quant à lui au même moment que des achats à bon compte, suite à la chute des cours de la semaine dernière, contribuaient à soutenir les cours… Deux visions teintées d’un optimisme battu en brèche quelques heures plus tard par la réalité des statistiques chinoises.

Dès la semaine dernière, l'aluminium a baissé sur le LME, touchant un plus bas depuis plus de 6 mois, à 2.202 dollars. « Les données plus faibles que prévu sur l'inflation en Chine ont alimenté les doutes quant à une reprise (économique) significative », exerçant ainsi des « pressions considérables » sur les cours des métaux de base, explique Thu Lan Nguyen, de Commerzbank. L'analyste note également que le LME a fait état, pour le mois d'avril, d'une augmentation globale de ses stocks d'aluminium de 17%.

Toujours en Chine, la production d’aluminium a chuté d’1,2 % par rapport au mois de mars. En cause, des coupures de courant qui ont limité la production dans le sud-ouest du pays.

 

Le cuivre vire dans le rouge

Même sanction pour le cuivre, malgré une tentative de rebond en fin de semaine dernière, vite oubliée par les opérateurs qui ont poursuivi leurs prises de bénéfices au début de celle-ci faisant refluer son cours à 8.140 dollars (-400 dollars), alors que le dollar américain s'est raffermi. Le dollar a atteint son plus haut niveau en cinq semaines face aux principales devises, profitant des inquiétudes liées à l'inflation au niveau national et au ralentissement économique au niveau mondial. Un dollar plus fort rend les métaux corrélés au billet vert plus chers pour les détenteurs d'autres devises.

Les cours du cuivre ont chuté d'environ 14 % depuis qu'ils ont atteint un sommet de 9.550,50 dollars la tonne en janvier, lorsque le métal était soutenu par l'optimisme de la demande chinoise, après que Pékin a levé les restrictions COVID.

La banque centrale chinoise a renouvelé les prêts à moyen terme arrivant à échéance tout en maintenant le taux d'intérêt inchangé lundi, comme prévu, mais les marchés s'attendent à ce que l'assouplissement monétaire soit inévitable dans les mois à venir pour soutenir la reprise économique.

 

Les autres métaux affectés

L’ensemble du complexe a plus ou moins été affecté par la publication des statistiques chinoises. Le nickel a chuté lourdement. Largement utilisé dans la fabrication des inox, le Métal du Diable reflue vers ses niveaux d’octobre 2022, à 21.300 dollars ; une chute de près de 15% de sa valeur puisqu'il cotait encore 25.000 dollars la semaine dernière. Affecté également : le zinc, dont le cours lowest LME passe sous les 2.500 dollars. Il en valait 150 de plus il y a huit jours. L’étain décroche de 1.200 dollars, à 24.750 dollars. Le plomb fait bonne figure avec un recul 70 dollars, à 2.058 dollars.

 

 

Le complexe repart à la hausse

12.04.2024
+

Le cuivre caracole à des pics plus vus depuis 2022

12.04.2024
+

Aluminium : Hydro inaugure son installation de recyclage de l’usine Årdal

12.04.2024
+