Retour
cours des métaux

cuivre aluminium LME

Métaux de base : des hausses bien fragiles

Posté par : Christophe Véron 17.01.2023 à 11h00

Le cuivre a commencé l'année 2023 en hausse, atteignant un plus haut en sept mois jeudi 12 janvier, grâce aux espoirs d'une reprise potentielle de la demande de la Chine, premier consommateur mondial de métaux de base.

D’un point de vue fondamental, l’économie chinoise a fortement ralenti au quatrième trimestre en raison des strictes mesures mises en place contre la propagation du Covid-19. La croissance économique du pays n’avait pas été aussi faible depuis près de 50 ans. Des mesures de relance sont attendues. La production industrielle a augmenté d’1,3 % en décembre (par rapport à 2021), soit un rythme plus faible qu’en novembre (+2,2 %). Les ventes au détail, indicateur économique majeur, ont diminué d’1,8 % en décembre. Même si les chiffres sont meilleurs qu’espéré, ils ne sont pas bons.

En dépit de ce qui précède, jeudi 12 janvier, le cuivre a culminé à 9.240 dollars la tonne sur la Bourse des métaux de Londres (LME), son niveau record depuis juin 2022. « Les espoirs d'une augmentation de la demande en Chine ont déjà provoqué une forte hausse des cours des métaux de base », estime Barbara Lambrecht, analyste chez Commerzbank, le pays étant le premier consommateur de métaux industriels au monde.

Les espoirs de reprise sont portés par « un soutien politique accru pour alimenter une reprise économique afin de compenser les retombées » de trois années de restrictions sanitaires parmi les plus draconiennes au monde, souligne Ole Hansen, de chez Saxobank. Cet « optimisme » autour de la reprise de l'économie chinoise « s'est mêlé à un dollar plus faible en raison de la présomption que la Réserve fédérale devrait ralentir le rythme des futures hausses de taux alors que les perspectives d'inflation continuent de se modérer » aux Etats-Unis, ajoute l'analyste.

En plus de « bonnes perspectives en matière de demande », les cours du cuivre bénéficient aussi « du fait que la production souffre encore des coûts élevés de l'énergie », ce qui devrait « donner du dynamisme aux cours à moyen terme », ajoute Mme Lambrecht.

Las, le métal rouge a bien évidemment subi des prises de bénéfices dès le début de cette semaine, le faisant de nouveau flirter avec les 9.000 dollars la tonne, car si  « tous s’accordent à dire que le marché chinois va reprendre, il reste à savoir quand », commente He Tianyu, analyste. La demande en cuivre ne devrait se relever que fin février ou début mars, après les célébrations du Nouvel an chinois et la deuxième vague d’infections qui devrait suivre.

 

Attention aux stocks d’alu

Les autres métaux se sont plus ou moins inscrits dans le sillage du métal rouge. L’aluminium gagne près de 150 dollars sur une semaine, à 2.570 dollars, après avoir touché lundi dernier un pic de six mois, à 2.628 dollars. Toutefois, « les cours (…) devraient être soumis à des pressions dans les mois à venir en raison de l’accumulation de stocks sur le marché physique chinois », estiment les analystes de chez Citi.

Le zinc est en grande forme, avec un gain de près de 100 dollars, à 3.165 dollars. En revanche le nickel accuse un repli de 1.400 dollars, à 26.600 dollars. L’étain gagne près de 3.000 dollars, à 27.900 ; le plomb se maintient autour des 2.200 dollars.

 

L’Europe renforce ses liens avec l’Amérique du Sud dans les métaux

03.02.2023
+

Rusal développe sa verticalité

03.02.2023
+

Argus des Métaux - Les déclarations de la Fed font plonger le dollar

02.02.2023
+