Retour
cours des métaux

cuivre aluminium LME

Le cuivre flirte avec les 10.000 dollars

Posté par : Christophe Véron 27.04.2021 à 12h30

On n’est pas encore aux 15.000 dollars annoncés par Goldman Sachs à l’horizon de 2025… mais la barre symbolique des 10.000 dollars semble plus que jamais à portée du cuivre, dont la progression s’est fortement accélérée ces derniers jours sur le marché londonien (LME). Même scénario sur le marché à terme de Shanghai (ShFE), où le contrat le plus négocié sur le métal rouge (échéance juin) a enregistré en cours d’échanges jusqu’à 3,1 % de hausse, à 72.510 yuans (11.181 dollars) la tonne, son plus haut depuis février 2011. Tous les feux restent au vert pour le cuivre, entre un dollar toujours faiblard face aux autres devises de référence, des menaces de grève dans les ports et les mines du Chili, des perspectives positives côté demande avec les mesures de ‘verdissement’ annoncées dans les plus grandes économies de la planète. « Les nouvelles en provenance du Chili ont contribué à faire grimper les cours mais la tendance était déjà haussière grâce aux stocks et au dollar », a commenté un négociant. « La demande qui va se raffermir en Chine est un autre facteur », a-t-il ajouté.

Le cours de l'aluminium s'est apprécié cette semaine, atteignant vendredi 2.400 dollars la tonne sur le London Metal Exchange, une première depuis trois ans.

« Un dollar plus faible continue d'être favorable aux métaux, l'aluminium se positionnant en tête du peloton », ont constaté les analystes d'ING Warren Patterson et Wenyu Yao. Le dollar, qui avait commencé l'année en pleine forme, reste en baisse de près de 2,5% en avril face aux autres principales monnaies. La hausse du cours de l'aluminium « s'inscrit dans un contexte plus large de reprise de la demande dans les principales économies », ont complété les experts d'ING. Et l'offre émanant de Chine pourrait à terme être amenée à se réduire, le président chinois Xi Jinping ayant insisté jeudi sur la volonté de son pays de jouer un rôle central dans la lutte contre le réchauffement climatique, réaffirmant l'objectif d'une neutralité carbone de la Chine d'ici 2060. Lors du sommet sur le climat, le président chinois  a déclaré en effet que la Chine commencerait à réduire son utilisation de charbon à compter de 2026, dans le but de réduire ses émissions de gaz à effet de serre. En Chine, l’électricité, dont une majeure partie provient du charbon, peut représenter jusqu’à 30 à 40 % des coûts d’affinage de l’aluminium. Cette décision change donc radicalement la donne pour le marché du métal léger.

Sur une semaine, tous les métaux gagnent du terrain. Le cuivre grimpe de près de 600 dollars, à 9.950 dollars ce mardi matin. L’aluminium HG progresse plus modestement à 2.400 dollars (+70), idem pour le zinc à 2.920 dollars (+80) et le plomb, à 2.075 dollars (+30). L’étain n’est pas en reste à 26.950 dollars (+150) ; de même que le nickel,  à 16.965 dollars (+750 dollars).

Côté précieux, la faiblesse du dollar  et des bons du Trésor ont permettent au métal jaune d’enregistrer une troisième semaine consécutive à la hausse. « L’attention du marché est portée sur la Fed dans la mesure où les indicateurs publiés récemment outre-Atlantique montrent une nette amélioration. Les spéculations vont donc bon train pour savoir si la Fed va indiquer son intention de revoir sa politique monétaire dans les mois à venir », a commenté Fawad Razaqzada, analyste chez ThinkMarkets. 

 

Le cuivre coté sur le LME trop cher pour les Chinois ?

13.05.2021
+

Cuivre : inquiétudes autour de l’offre chilienne

12.05.2021
+

Aurubis : son ROC bondit de 98% au 2nd trimestre

11.05.2021
+