Retour
LME

cuivre aluminium LME

Métaux non-ferreux : le marché enclenche la marche arrière

Posté par : Christophe Véron 14.06.2022 à 10h30

Les cours du cuivre, baromètre de l'économie mondiale, enclenchent la marche arrière sur la Bourse des métaux de Londres (LME) après avoir atteint un plus haut depuis un mois en début de semaine dernière, lestés par les nouvelles d'un nouveau confinement partiel de Shanghai, en Chine. « Ce que l’on entrevoit à court terme, c’est que les cours des métaux devraient rester sous pression, commente Paul Adkins, d’AZ Global Consulting. Dans les prochaines semaines, le marché chinois va entrer dans une période traditionnellement calme, sans compter que la menace de nouveaux confinements plane toujours et que l’activité économique reste morose. »

Par ailleurs, sur le plan monétaire, face à une inflation galopante, la BCE a acté vendredi dernier l’arrêt de son soutien monétaire à l’économie, mettant fin à des années d’achats nets d’actifs. La banque a indiqué qu’elle relèverait ses taux directeurs fin juillet, une première depuis plus de 10 ans. Les marchés boursiers ont réagi négativement aux annonces de la BCE, craignant un ralentissement économique mondial. Parallèlement, côté devises, le dollar renoue avec les sommets, et s’échange à des niveaux plus vus depuis 3 semaines face aux autres monnaies, ce qui  rend les métaux plus onéreux pour les détenteurs d’autres devises.

Lundi 6 juin, le cuivre avait atteint 9.745 dollars la tonne, un sommet depuis fin avril. La « forte détérioration des données économiques chinoises depuis la mi-avril » s'est stabilisée selon les analystes d'UBS, qui estiment que si l'activité économique du pays devrait rester faible en juin, une « reprise » devrait se dessiner en raison de l'assouplissement des mesures sanitaires et de « l'intensification des efforts de relance ». Hélas  pour les haussiers, la capitale économique de la Chine, Shanghai, a annoncé jeudi 9 juin qu'elle allait confiner samedi 11 juin un district de 2,7 millions d'habitants afin d'y dépister l'ensemble de la population, en dépit du déconfinement de la métropole chinoise amorcé depuis quelques jours. « Les cours du cuivre ont reculé après que l'optimisme initial du début de semaine concernant la réouverture de la Chine a cédé la place à la réalité de nouvelles restrictions sanitaires », commente Michael Hewson, analyste chez CMC Markets.

Moralité, sur une semaine, d’un mardi l’autre le cuivre abandonne un peu plus de 250 dollars, à 9.340 dollars.

 

Tassement de l’aluminium malgré des stocks au plus bas

Côté aluminium, les haussiers ne sont pas plus à la fête. L’annonce du reconfinement partiel en Chine a poussé des opérateurs à vendre leurs positions, faisant chuter le cours du métal léger, qui passe ainsi de 2.745 dollars à 2.600. « Le contexte est plutôt déprimant : une inflation élevée, la guerre en Ukraine, les prix de l’énergie qui restent très hauts et le gouvernement chinois qui ne prend pas les mesures nécessaires pour relancer sa croissance », commente Edward Meir, analyste chez ED&F Man Capital Markets.

Les stocks d’aluminium du LME sont actuellement à leur plus bas niveau depuis 21 ans, à 423.975 tonnes, un niveau à comparer avec celui de mars 2021, qui avoisinait 2 millions de tonnes. Les stocks de Shanghai reflètent la même tendance ; ils ont chuté de plus de 20 % depuis la mi-mars.

Les autres métaux se sont également inscrits en baisse. Le nickel abandonne 3.200 dollars, à 25.800 dollars. Le zinc en cède une centaine, à 3.635 dollars. Même punition pour le plomb, à 2.090 dollars (-80) et l’étain, à 32.400 dollars (-3.200)

 

La défense américaine signe un contrat avec Lynas

22.06.2022
+

Métaux non-ferreux : orage … ô désespoir !

21.06.2022
+

Aurubis teste des énergies alternatives au gaz naturel

21.06.2022
+