Retour
cours des métaux

Métaux non-ferreux : soutenus par les tensions géopolitiques

Posté par : Christophe Véron 15.02.2022 à 11h55

Globalement, « les tensions géopolitiques actuelles entre la Russie et l’Ukraine pèsent sur les cours, ainsi que les perspectives de hausse des taux d’intérêt par la Fed et plusieurs autres banques centrales de la planète qui entendent ainsi juguler une inflation qui semble vouloir persister », analyse Craig Lang pour le CRU.

Toutefois, les métaux résistent plutôt bien au rebond du dollar alimenté par les tensions en Europe à cause de la crise ukrainienne. « Le marché a réalisé que la guerre n’est pas un scénario si mauvais que cela par rapport à l’inflation, et il a révisé ses perspectives sur le cuivre — ce dernier constitue un rempart contre l’inflation, au même titre que le pétrole et l’or », indique un trader basé à Singapour. Les cours du brut se sont hissés à un sommet de plus de sept ans à cause des menaces d’invasion de l’Ukraine par la Russie — concrètement, ils réagissent au fait que l’UE et les Etats-Unis pourraient mettre en œuvre des sanctions économiques vis-à-vis de Moscou, ce qui viendrait perturber encore les approvisionnements sur un marché déjà très tendu.

L’aluminium et le nickel ont confirmé leur tendance haussière et avancé vers des niveaux plus vus depuis plusieurs semaines. Les deux métaux restent portés par les craintes grandissantes de voir une érosion de l’offre en provenance de Russie exacerber les tensions sur l’approvisionnement mondial.

Une invasion de l’Ukraine par la Russie pourrait entraîner des sanctions contre les entreprises russes, à l’instar de Norilsk Nickel, qui fournit environ 10 % du nickel mondial, et Rusal, qui fournit 5 % de l’aluminium mondial.

Pour mémoire, le cours de l'aluminium s'est envolé la semaine dernière, soutenu par le confinement d'une ville productrice en Chine, dans un contexte de chaîne d'approvisionnement déjà perturbée par des mesures environnementales liées aux Jeux olympiques, par le prix de l'énergie et les tensions géopolitiques en Russie.

La tonne d'aluminium a atteint jeudi 10 février 3.333 dollars sur le LME, un sommet en près de 14 ans, proche de son record historique de juillet 2008 à 3.380,15 dollars. La ville chinoise de Baise (dont le nom se prononce « Baille-seu ») a été placée en quarantaine après l'apparition de cas de Covid-19, menaçant ainsi le fonctionnement de ses fonderies et affolant les investisseurs. La Chine est le premier producteur mondial d'aluminium. Baise produit environ 2,2 millions de tonnes d'aluminium par an et assure 80% de la capacité du Guangxi, la région riche en ressources dont elle dépend.

Métal parmi les plus utilisés par diverses industries, de l'aéronautique au BTP en passant par l'agroalimentaire et l'électronique, la production d'aluminium est très gourmande en électricité. « Le principal problème est le coût de l'électricité qui a explosé, rendant le fonctionnement des fonderies très coûteux », explique Fawad Razaqzada, analyste chez ThinkMarkets. La flambée des prix de l'énergie a également contraint les fonderies européennes à réduire la voilure.

La Chine tient aussi à réduire la pollution pour améliorer la qualité de l'air, notamment pendant les Jeux olympiques de Pékin. « L'un des moyens d'y parvenir est de réduire la consommation de combustibles fossiles. Les fonderies, qui utilisent d'énormes quantités d'électricité produite par des centrales à charbon, ont été directement touchées par cette situation », poursuit l'analyste.

Côté nickel, le Métal du Diable a attaqué cette semaine en hausse de près de 2%, à 23.450 dollars ; autant dire à portée de son sommet de 10 ans touché en janvier, à 24.435 dollars. « Face au risque de sanctions contre la Russie, les acheteurs tentent de constituer des stocks d’aluminium et de nickel », a commenté un négociant.

La prudence domine sur le marché du cuivre en dépit de ses récentes performances. Le marché s’inquiète du ralentissement économique en Chine. D’aucuns voient le cours LME se replier à 9.500 dollars dans les trois à venir, puis à 8.750 dollars dans les douze mois.

Les métaux gris (plomb, étain et zinc) progressent significativement sur une semaine.

 

Au vu d’un bon 1er semestre, Aurubis revoit à la hausse son objectif annuel

19.05.2022
+

Zinc : moins d’offre, moins de demande : la progression des cours sera limitée

18.05.2022
+

L’aide aux industries électro et gazo-intensives disponible en juin

18.05.2022
+