Retour
cours des métaux

zinc Nexa Resources perspectives

Pour Nexa le zinc « est dans la bonne direction »

Posté par : Gaëlle Le Huérou 24.01.2020

Rio de Janeiro.- Tito Martins, président directeur général du producteur brésilien de métaux de base Nexa Resources se dit optimiste quant aux perspectives à long terme du zinc, et ce, en dépit du recul du cours enregistré en 2019.

                 « Nous devons produire du zinc car la demande progresse de manière durable, notamment en Asie et particulièrement en Chine », a-t-il souligné ajoutant que concernant les cours il demeurait positif, notamment parce les tensions commerciales entre la Chine et les Etats-Unis se sont apaisées. L’ancien directeur financier du groupe brésilien Vale se dit donc optimiste, soulignant que le métal sera utilisé dans de nombreuses applications technologiques, notamment dans le segment des véhicules électriques. « Le zinc s’oriente dans la bonne direction », a-t-il estimé, et d’ajouter : « les véhicules électriques sont une réalité concrète. Leur demande va croître au cours des deux prochaines décennies ».

En dépit de la piètre performance des cours réalisée en 2019, Tito Martins estime que le zinc est « résilient ». Le 20 janvier, le cours du zinc cotait aux alentours de 2.440 $/t, une valeur inférieure de 17,3% au pic du 1er avril 2019 de 2.949 $/t. « Les cours devraient osciller entre 2.300 et 2.500 $/t cette année », prévoit le pdg.

 

Des prévisions à court terme pessimistes

A brève échéance, cependant, les analystes ne sont pas optimistes.

Les ventes mondiales de véhicules légers ont diminué de 4,4% sur un an, à 90,27 millions d’unités en 2019, selon des données fournies par le cabinet de conseil LMC Automotive. Une baisse qui n’augure rien de bon pour le métal.

La Commerzbank tablait fin décembre 2019 sur un cours du zinc à 2.200 $/t en fin d’année. « Si des risques existent côté production, compte tenu de la faiblesse actuelle des cours, les risques côté demande sont tout aussi grands au regard du ralentissement de la croissance mondiale. L’absence de tensions côté offre empêchera toute reprise des cours », explique la banque.

L’analyste sénior Natalie ScottGray, pour INTL FCStone, a une opinion tout aussi négative : « les cours vont demeurer sous pression en 2020 vu les incertitudes entourant le niveau de la demande et les prévisions d’excédent, à la fois pour le métal affiné et les concentrés. Les frais de traitement et d’affinage des concentrés ont d’ailleurs été maintenus pour cette année, signe qu’ils sont présents en abondance », argue l’analyste.

Le groupe d’étude ILZSG prévoit une hausse de la production de zinc affiné de 4,7% cette année, soit l’équivalent de 620.000 tonnes. Les objectifs annuels établis par Glencore, Teck Resources, Newmont Goldcorp et Lundin Mining ciblent tous des volumes nettement supérieurs à ceux de l’an dernier. Le marché mondial du zinc a, d’après les dernières statistiques,  présenté un déficit de 121.000 tonnes en 2019 - sa quatrième année consécutive de déficit.

Nexa Resources a prévu d’investir 410 millions de dollars dans ses mines brésiliennes et péruviennes cette année. 94 millions supplémentaires seront alloués à des dépenses technologiques, sociales et à l’exploration des sols. En 2019, Le groupe a produit 361.000 tonnes de zinc, 38.000 tonnes de cuivre, 51.000 tonnes de plomb, 8,9 millions d’onces d’argent et 25.000 d’onces d’or. Les volumes de production devraient rester stables en 2020 puis croître de 4% en 2021 et de 7% en 2022.

 

Zinc : des stocks « cachés » à l’origine de la hausse des cours

24.11.2020
+

Primes : 2021 sous de meilleurs auspices

20.11.2020
+

Primes : des hausses sur l’aluminium et le cuivre en Italie

05.11.2020
+