Retour
cours-des-metaux-aluminium-rotterdam

Aluminium zinc Italie

Primes : un marché italien en petite forme

Posté par : Gaëlle Le Huérou 29.11.2019

Rotterdam.– Les primes sont restées stationnaires ces derniers jours sur le continent excepté en Italie où des baisses ont été enregistrées pour l’aluminium et le zinc. La demande est, au grand regret du marché, toujours aussi atone.

 

Alu : repli à un plus bas de 3 ans en Italie

Les primes négociées sur les livraisons de lingots P1020 ont chuté en Italie à leur plus bas niveau depuis trois ans. Ailleurs, sur le continent, elles se sont maintenues, les opérateurs focalisant leur attention sur le retour des positions de contango pour les contrats à échéances janvier et février 2020.

                 En Italie donc, les primes négociées sur l’aluminium livré dédouané sur une base fca ont reflué à 155-165 $/t, pour 160-175 $/t la semaine dernière. La persistance de la position de backwardation des contrats comptant et trois mois sur le LME est désignée comme étant l’un des facteurs ayant entraîné la baisse des primes. Des transactions à 150 $/t ont été finalisées. « La back implique que des opérateurs acceptent de laisser leur métal partir moyennant des primes vraiment basses », explique un trader. D’autres évoquent l’effet tardif des répercussions de la baisse des primes survenue à Rotterdam tout au long du trimestre. « Les primes devaient baisser au regard du recul enregistré à Rotterdam.  Elles ne pouvaient pas maintenir leur précédent niveau », estime un second trader.

A Rotterdam, le recul enregistré au cours des dernières semaines s’est interrompu cette semaine. Les primes nouées sur les livraisons de lingots P1020 disponibles non dédouanés restent inchangées à 75-80 $/t. Celles finalisées sur les lingots disponibles dédouanés sont elles aussi restées stables à 120-130 $/t. Globalement le sentiment a tendance à revenir au beau fixe au regard des positions de contango qui se profilent sur les contrats de janvier et février 2020. « Les traders sont réticents à acheter sur le marché spot, en revanche, ils acceptent des contrats à terme pour des primes négociées entre 99 et 101 $/t », indique un troisième trader. Un quatrième estime que les primes retrouveront des niveaux supérieurs à 100 $.

 

Billettes alu : c’est la « jungle » en Italie

Le marché italien de l’aluminium n’a décidément pas la forme. Une baisse a également été enregistrée la semaine dernière pour les billettes 6063, emmenées par des fondamentaux négatifs. Les primes négociées sur les billettes d’extrusion livrées dédouanées à Brescia ont reflué à 290-310 $/t, pour 290-320 $/t la semaine précédente. La plupart des contrats scellés ces derniers jours concernent les livraisons à effectuer au premier trimestre 2020. « Les échanges se concentrent maintenant essentiellement sur les livraisons dues pour le 1er trimestre. Certains retardent leurs achats car ils veulent terminer l’année avec le moins de stocks possible. La baisse reflète également la contraction de la demande », constate un opérateur du marché.

Les conditions de marché, négatives, ont encouragé les consommateurs à faire des offres nettement inférieures, bien que ces dernières soient restées dans la fourchette. « Certaines des propositions que nous avons reçues sont carrément insultantes », a commenté un producteur indigné.

Ailleurs sur le continent, les primes sont restées stationnaires. La baisse italienne s’explique parce que les acheteurs sur ce marché sont plus enclins à accepter diverses qualités de métal. L’offre est donc plus étoffée sur la péninsule. « C’est la jungle sur le marché italien. Les consommateurs acceptent tout ce qui est proposé en baisse », constate un second opérateur.

En Allemagne, les primes sont restées stationnaires, à 300-320 $/t, les acheteurs donnant la préférence à certaines qualités. « Les primes sont soutenues en Allemagne », souligne un trader.

En Espagne, le marché manque de liquidités. Peu de transactions ont été finalisées. Les primes continuent de se négocier entre 300 et 320 $/t.

 

Cuivre : cathodes boudées

Pas d’évolution cette semaine encore côté primes à Rotterdam où elles se nouent entre 40 et 50 $/t et ce, depuis le 11 juin. De l’avis des opérateurs, la faiblesse de la demande en cathodes devrait maintenir le marché dans cet état de léthargie jusqu’à la fin de l’année. Et si le sentiment est également négatif sur le marché à terme pour les approvisionnements de 2020, certains acteurs se tournent aujourd’hui vers d’autres formes de cuivre, moins chères, pour dégager des marges plus importantes. « La demande en cathodes est assez faible. Je serais surpris qu’il se passe quelque chose sur le marché spot puisque que les marges sont meilleures sur les concentrés et les blisters », indique un trader.

Beaucoup de traders, qui possèdent des stocks et sont dans l’impossibilité de nouer des contrats spot ou à terme avec des consommateurs, placent leur métal en Bourse - la position de contango des contrats comptant et trois mois sur le LME le permettant.

D’autre part, les fluctuations du cours du cuivre, qui oscille autour des 5.900 $/t en dépit du bond du volume des cancelled Warrants (métal mis de côté en vu d’être livré) à plus de 68.000 tonnes depuis le 19 novembre, gardent éloignés les opérateurs du marché. Malgré cela, les stocks restent élevés dans la région avec un volume de warrants à 71.275 tonnes.

 

Zinc : 1ère baisse depuis juillet en Italie

Les primes sont sous pression en Italie où la position de back entre les contrats comptant et trois sur le LME pèse sur les échanges. Les primes nouées sur les lingots SHG (99,995%) livrés dédouanés sur la péninsule ont reculé à 175-195 $/t. Elles enregistrent ainsi leur première baisse depuis le mois de juillet.

Les primes finalisées sur les lingots SHG (99,995%) disponibles dédouanés en Italie sont restées stationnaires à 140-150 $/t.

Les opérateurs ne veulent pas, dans cette configuration de backwardation, garder entre leurs mains trop de stocks physiques. Les observateurs du marché ont constaté que quelques offres avaient été effectuées par des vendeurs soucieux de se défaire de quelques lots spot peu conséquents à des primes inférieures. Dans ce contexte de demande atone, des achats de Warrants sont effectués pour être vendus comme métal dédouané. Ceci étant, la disponibilité en Warrants est assez faible puisque les entrepôts du LME abritent seulement 15.675 tonnes. La baisse des cours du métal coté sur le LME pourrait peut-être redonner un peu d’appétit aux acheteurs. « Les cours perdent du terrain un peu plus chaque jour. Ceux qui se tiennent pour l’heure en marge ne vont pas tarder à se montrer pour acheter dans les creux », suggère un trader.

A Rotterdam, comme à Anvers, les primes finalisées sur les lingots disponibles dédouanés sur une base fca sont  inchangées entre 90 et 100 $/t depuis la semaine passée.

 

Nickel : 2020 dans tous les esprits

Les opérateurs, qui se sont détournés du marché spot, officient sur le marché à terme où ils nouent des contrats pour 2020. Résultat, les primes n’ont pas évolué depuis la semaine dernière sur le marché spot du nickel. Le sentiment est toujours baissier après la chute des cours du Métal du Diable à 14.150 $/t sur le LME le 21 novembre. « Les acheteurs font des offres vers le bas de la fourchette mais au regard de l’incertitude générale ils préfèrent la plupart du temps se retenir », commente un trader du continent. Si beaucoup craignent que les conditions restent inchangées jusqu’à la fin de l’année, ils voient venir une amélioration pour 2020.