Retour
LME

cuivre aluminium LME

Métaux non-ferreux : prix du charbon, le marché broie du noir

Posté par : Christophe Véron 26.10.2021 à 11h10

Sévère correction sur le marché des métaux. En Chine, les prix du charbon ont chuté de 13 % la semaine dernière, s’éloignant de leurs niveaux record. Le gouvernement chinois a en effet annoncé qu’il allait intervenir pour faire baisser les prix afin d’aider les centrales électriques à faire face à la crise énergétique.

De tous les métaux de base, c’est l’aluminium qui a été le plus touché par la crise énergétique chinoise, le plus gros producteur mondial de ce métal, en raison de sa consommation énergétique importante dans le processus de production. Le métal léger a ainsi vu son cours plonger de près de 350 dollars sur une semaine, à moins de 2.850 dollars (LLME)

« La chute des prix du charbon a fait l’effet d’une onde de choc, qui s’est propagée dans les marchés des métaux, ce qui a causé des liquidations spéculatives », ont expliqué les analystes d’ING.

Pour autant, « les prix du pétrole et du gaz ne baissent pas dans la même mesure que le charbon. Les prix de l’énergie sont élevés et devraient le rester un certain temps, ce qui maintiendra la pression sur les producteurs de métaux », a commenté Daniel Briesemann, analyste chez Commerzbank. « Nous prévoyons de nouvelles hausses des cours à venir. La situation sur le front de l’offre devrait se détériorer davantage avant de s’améliorer », a ajouté l’analyste.

Parallèlement, le raffermissement du billet vert est revenu peser sur la tendance dans un marché où les volumes échangés sont relativement peu élevés, les opérateurs faisant preuve de frilosité avant la publication d’une série d’indicateurs importants cette semaine, notamment la publication du PIB américain au 3ème trimestre. Avant aussi une réunion de la BCE, ce jeudi, où les investisseurs seront très attentifs aux signaux envoyés par Christine Lagarde sur la manière dont la Banque centrale compte normaliser sa politique monétaire, alors que l’inflation fait son retour dans la zone euro et que la fin du programme d’aide d’urgence se profile pour mars 2022.

Depuis le début de la semaine, le marché n’en finit pas de se chercher de nouveaux repères. Pour ce qui concerne le cuivre, les investisseurs restent inquiets de la faible quantité de métal en stock et de l’inflation grandissante à l’échelle mondiale.

« La demande émane du marché physique, mais aussi de la spéculation découlant des craintes inflationnistes », a noté Olen Hansen, analyste chez Saxo Bank. De fait, les investisseurs achètent souvent des matières premières pour se prémunir des risques inflationnistes. Le cuivre s’est éloigné de son pic de 5 mois atteint la semaine dernière, à 10.452,50 $, en grande partie suite à la liquidation de positions longues, explique l’analyste. Et d’ajouter, « d’un point de vue technique, les cours ont rebondi à un niveau qui suggère que la correction pourrait être derrière nous ».

Le niveau des stocks de cuivre continue d’être surveillé attentivement par les acteurs du marché. A Shanghai, ils ont chuté à un niveau inédit depuis 12 ans, à 39.839 tonnes. Sur le LME, ils ont reculé de 37 % en 2 mois, et totalisent 159.800 tonnes. Toutefois, les stocks de cuivre on warrant ont grimpé lundi pour la quatrième séance consécutive, à 23.300 tonnes, après avoir touché le 14 octobre leur plus bas niveau depuis 1998, à 14.150 tonnes, et entraîné ce faisant une envolée de la backwardation à un sommet historique de plus de 1.000 dollars la tonne. A l’heure  où nous rédigeons ces  lignes, le cours lowest LME reflue autour des 9.740 dollars, affichant ainsi une baisse de plus de 500 dollars sur une semaine.

 

Une exception : le plomb

Les autres métaux ont été bien évidemment affectés par la tendance générale. Le nickel reflue ainsi sous la barre des 20.300 dollars (-150). Idem pour le zinc, à 3.400 dollars, affichant ainsi une sévère correction de près de 300 dollars. L’étain en perd 1.300 et vient flirter le seuil des 37.000 dollars. Les haussiers pourront toutefois se raccrocher au plomb qui gagne une modeste cinquantaine de dollars, à 2.427 dollars ce mardi matin.

 

Des hausses de primes très marquées, hormis pour le nickel et l’étain

17.01.2022
+

Le métal léger s'envole

11.01.2022
+

Europlasma va lancer une production de bouteilles de gaz en aluminium

11.01.2022
+