Retour
Alteo, alumine, bauxite

alumine ALTEO aluminium

Alumine : Alteo repris par un consortium guinéen

Posté par : Aline Lecuq 08.01.2021 à 15h50

L’annonce est tombée jeudi 7 janvier : Alteo, l’usine d’alumine de Gardanne, dans les Bouches-du-Rhône, a été rachetée par le groupe d’extraction et de logistiques minières guinéen, United Mining Supply (UMS). L’usine pourra donc continuer à défendre sa place de leader mondial des alumines de spécialités haut de gamme destinées à des secteurs de pointe comme les écrans de smartphone, les prothèses ou les batteries lithium-ion. Pour mémoire, la société Alteo avait été placée en redressement judiciaire le 12 décembre 2019. Le tribunal de commerce de Marseille a validé le plan de redressement proposé par UMS, le seul encore en lice des huit candidats à la reprise qui s’étaient manifestés au cours de l’été. Le groupe guinéen a racheté les actions du fonds d’investissement américain HIG, qui était propriétaire d’Alteo depuis 2012. 
UMS est dirigé par l'homme d'affaires guinéo-libanais Fadi Wazni, qui est aussi le président du Conseil d'administration de la Société minière de Boké, premier exportateur de bauxite en Guinée. Fadi Wazni va racheter une partie de la dette, on ignore encore le montant exact, et réorienter le processus de production. « Le projet industriel, financé sur des fonds propres, va permettre à l'entreprise de développer un outil de pointe, d’augmenter ses moyens de production, d’accroître sa capacité à trouver de nouveaux clients pour renforcer ses outils de recherche et développement », assure UMS dans un communiqué. 
Le procédé Bayer, qui permet l’extraction de l’alumine à partir de la bauxite, sera donc arrêté d’ici un an et demi. Historiquement, il s’agissait du premier site créé dans le monde, il y a 126 ans. La bauxite pure ne sera plus importée en France, évitant ainsi les entreposages ou les rejets de résidus de bauxite considérés comme très polluants. Le site n’importera plus que de la poudre d’alumine, qui sera ensuite raffinée sur place.  
Le plan prévoit par ailleurs de conserver 80 % des 486 emplois que compte le site. 
 

La fonderie Liberty Aluminium du Poitou dans la tourmente

13.04.2021
+

Métaux non-ferreux : le FMI peine à convaincre le marché

13.04.2021
+

Cuivre : le marché continue d’y croire

06.04.2021
+