Retour
cours des métaux

Aluminium bas carbone Norsk Hydro

Norsk Hydro prévoit de doper ses ventes d’alu « bas carbone »

Posté par : Gaëlle Le Huérou 10.01.2020

Le Norvégien Norsk Hydro prévoit  cette année de multiplier par plus de deux ses ventes d’aluminium « bas carbone » fabriqué à partir de déchets, une tendance qui devrait encore s’accélérer en 2021 et les années suivantes.

La demande mondiale est, certes, stagnante, mais les consommateurs, aux Etats-Unis, en Europe et ailleurs dans le monde, sont de plus en plus nombreux à vouloir payer plus cher un métal qui leur permet de réduire leur empreinte carbone.

Intégrant un minimum de 75% de déchets d’aluminium, la production du métal commercialisé sous la marque Circal® émet 2,3 kg de gaz à effet de serre - ce qui équivaut à 13% des 18 kg généralement émis par l’industrie traditionnelle.

La division Building Systems du groupe consomme autour de 80.000 tonnes d’aluminium par an pour fabriquer des éléments de façade et des huisseries. En 2020, le groupe prévoit d’utiliser environ 25.000 tonnes d’aluminium Circal, pour un volume de 10.000 tonnes l’an passé. « En 2021, nous prévoyons de vendre entre 40.000 et 50.000 tonnes d’alu Circal et la part de cet aluminium devrait encore croître au cours ces années suivantes », a indiqué Egil Hogna, directeur de la division Extruded Solutions.

Le coût de fabrication de cet aluminium - qui inclut l’achat des déchets, leur tri et leur affinage -  est toutefois entre 10 et 20% plus cher que l’aluminium traditionnel, ce qui constitue un frein pour les ventes réalisées dans certains segments d’activité, selon Hydro. Dans la construction, le surcoût peut atteindre entre 2 et 3%, précise Egil Hogna. « Le point fort de cet aluminium est son empreinte carbone », indique-t-il.

Pour les consommateurs, qui doivent choisir entre des produits d’apparences similaires, les émissions de CO2 plus faibles sont un facteur qui compense très largement le surcoût. « Pour que la demande augmente, il faut que les consommateurs intègrent la réduction des émissions dans leurs choix. Et cette tendance devrait s’accélérer au cours des prochaines années, la rapidité du changement dépendra des mesures incitatives, des standards mis en place par les autorités compétentes et du changement de l’opinion publique », estime Egil Hogna selon qui « il ne faut pas grand-chose pour que les consommateurs sautent le pas ».

La division Building Systems de Norsk Hydro a dégagé un revenu de 912 millions de dollars en 2018 (8,1 milliard de couronnes norvégiennes) et un EBIT de 45 millions. Elle emploie quelque 2.900 personnes dans près de 30 pays, soit 8% des effectifs du groupe.

 

Métaux non-ferreux : le cuivre en route pour des sommets

24.11.2020
+

Primes : 2021 sous de meilleurs auspices

20.11.2020
+

Billettes d'aluminium : des progressions de primes portées par la demande

18.11.2020
+