Retour
cours des métaux

Aluminium zinc cuivre

Panorama hebdomadaire des primes

Une entame prudente

Posté par : Gaëlle Le Huérou 03.01.2020

Rotterdam.– Mis à part l’aluminium, qui conserve des dispositions positives, les autres marchés évoluent au gré d’un sentiment baissier en ce début d’année 2020 où le retour à l’activité s’opère lentement après les fêtes de fin d’année.

 

Alu : une petite hausse pour débuter l’année

Les primes négociées sur le marché européen des lingots d’aluminium rendus non dédouanés continuent d’être soutenues par la position de contango des contrats comptant et trois mois sur le LME, aux alentours de 31 $/t, et les tensions sur les disponibilités. Certains traders tentent encore leur chance à 80 $/t, mais en vain puisqu’aucun contrat n’a été signé en-dessous de la fourchette de 85-95 $/t pratiquée actuellement. Les primes ont renchéri de 5 $ depuis la semaine dernière. En revanche quelques contrats ont été scellés à 100 $ mais ils restent, pour l’heure, marginaux. Des tensions sur les disponibilités sont ressenties de-ci de-là. Le marché espère réceptionner des livraisons courant février. Le niveau des liquidités reste faible en début d’année, les opérateurs effectuant leur retour de congés.

Les primes sur les lingots P1020 dédouanés sont elles aussi soutenues par la position de contango des contrats comptant et trois mois. Elles ont également renchéri de 5 $ à 135-145 $/t. L’offre est plus large sur ce marché.

Au Japon, la prime de référence sur les livraisons du premier trimestre 2020 a été établie à 83 $/t - une prime en baisse de 14% par rapport à celle pratiquée lors du trimestre précédent, selon deux sources impliquées dans les négociations. Ce recul reflète la faiblesse de la demande dans les secteurs de l’électronique et de l’automobile. La prime de référence baisse pour la seconde fois consécutive et elle a été arrêtée en dessous de l’offre initiale de 92 $/t faite par les producteurs. Le Japon est le premier pays importateur d’aluminium et la prime négociée là fait office de référence pour la région.

 

Cuivre : RAS pour l’instant

Il ne se passe pas grand-chose sur le marché spot européen du cuivre en ce retour de congés de Noël. Les producteurs et les traders font des offres de prime en baisse pour les contrats à long terme. Le marché trouve toutefois un peu de soutien du côté de la configuration de marché, en position de contango sur le LME aux alentours de 25 $/t. Les stocks disponibles à la Bourse de Londres (Warrants) ont un peu reculé à Rotterdam ces derniers jours : ils ont baissé de 6.000 tonnes à 47.475 tonnes. En Allemagne, les entrepôts de Hambourg sont vides. En Italie, ceux de Livourne sont également vides tandis que ceux de Trieste ont reculé de 100 tonnes à 15.000 tonnes.

En Chine, les primes nouées sur les livraisons de cathodes de cuivre cif Shanghai évoluent à leur plus bas niveau en près de trois ans, impactées par la faiblesse de la demande spot pour le métal importé. Les primes sont tombées à 35-40 $/t pour une fourchette de 38-42 $/t quelques jours auparavant. Des tonnages ont même été vendus sous la fourchette, à 32 $/t. Elles sont en net repli depuis leur pic du 11 octobre, à 70-76 $/t.

 

Zinc : primes étales

Les liquidités manquent sur le marché européen du zinc, la plupart des opérateurs faisant leur retour de congés. Les entrepôts de Rotterdam renferment 5.850 tonnes de lingots tandis que ceux d’Anvers abritent 75 tonnes. Le sentiment de marché est plutôt négatif, les acteurs rappelant que la prime annuelle de 2020 a subi une baisse à deux chiffres dans le nord du continent. En Italie, le marché spot est sans relief. Là aussi, les opérateurs sont négatifs quant aux perspectives du premier trimestre. L’attention se porte toujours sur les contrats à long terme, les consommateurs se disant suffisamment bien approvisionnés. Que ce soit à Livourne ou à Trieste, les entrepôts du LME sont vides.

 

Etain : inchangé

Pas de mouvements observés sur le marché européen des primes négociées sur l’étain. Les observateurs pointent l’accroissement de la disponibilité en Warrants flottants, accessibles à 30 $ de moins que l’étain proposé sur le marché spot. Le métal d’origine asiatique provient essentiellement de Malaisie ou d’Indonésie. La valeur de la backwardation entre les contrats comptant et trois mois a fondu à 4 $/t le 6 janvier pour 41 $/t au terme de la deuxième semaine de décembre. Signe que la consommation est vraiment faible en cette période, les Warrants (métal disponible en Bourse) ont bondi à 6.390 tonnes pour 5.005 tonnes deux semaines auparavant. Certains acteurs prévoient que les volumes commandés sur le marché à long terme seront supérieurs à ceux achetés sur le marché spot cette année.

 

Métaux non-ferreux : le cuivre en route pour des sommets

24.11.2020
+

Primes : 2021 sous de meilleurs auspices

20.11.2020
+

Billettes d'aluminium : des progressions de primes portées par la demande

18.11.2020
+