Retour
Alcoa, aluminium, Oplinger

William Oplinger [Alcoa] : reprise en V en Chine, plus lente ailleurs mais ça s’améliore

Posté par : Gaëlle Le Huérou 15.06.2020

Washington.– L’économie chinoise opère actuellement une reprise en V, consécutive à la crise sanitaire du Covid-19, tandis que celle-ci est lente dans les autres pays, a déclaré William Oplinger, directeur financier d’Alcoa, à l’occasion du 11ème sommet sur l’Industrie mondiale et les Matériaux organisé par Deutsche Bank. William Oplinger a précisé, qu’en Chine, la production industrielle, la fabrication de voitures, l’activité commerciale et l’alimentaire montraient des taux de croissance supérieurs à ceux enregistrés l’an passé.

 

« La Chine affiche une reprise en V. S’agissant des autres économies mondiales, elles connaissent une reprise de la demande plus lente mais elles montrent des signes encourageants », a-t-il déclaré.

En ce qui concerne le groupe américain, William Oplinger a déclaré que le carnet de commandes de juin était « conforme à ce qui était attendu ». En revanche, la baisse des ventes au second trimestre devrait être plus marquée que celle de 20% enregistrée au premier trimestre. « Dans le secteur de l'aluminium, l'excès d’offre en produits à valeur ajoutée et la faiblesse de la demande, en Europe et en Amérique du Nord, continuent d’exercer une pression sur le marché. Alors que les commandes de juin sont stables, nous commençons à voir une amélioration pour juillet, la reprise de l’activité s’accélérant en Europe et en Amérique du Nord », a-t-il déclaré lors du sommet. « Nous commençons en effet à recevoir des commandes pour des brames ainsi que nos produits de fonderie, tandis que la reprise chez les constructeurs automobiles s’accélère. C’est positif donc du côté de la demande », poursuit le directeur financier.

Cependant, les stocks mondiaux d’aluminium ont nettement augmenté, « de quelques millions de tonnes rien que sur le premier trimestre ». Et la tendance s’est poursuivie en avril. « Il est clair que l’industrie d’aujourd’hui produit plus d’aluminium qu’il n’en a besoin, ce qui explique la montée des stocks. Pour y remédier, il faudra une augmentation côté demande et des restrictions côté offre ».