Retour
aluminium, zinc, cuivre

aluminium cuivre zinc

Primes : un marché physique européen très plat

Posté par : Gaëlle Le Huérou 11.06.2020

Rotterdam.– Aucun mouvement de prime enregistré ces derniers jours en Europe, où la demande peine à reprendre, malgré un retour à la quasi normalité dans les usines.

 

Aluminium : des primes bien orientées

A Rotterdam, les primes sont inchangées comparativement à celles signées  la semaine dernière, dans un marché toujours bien orienté au regard de la configuration de contango des contrats cotés sur le LME. Les contrats comptant et trois mois sont en contango de 26 $/t, tandis que les contrats à échéance juin et juillet sont en contango de 3,75 $/t. « Ces deux derniers contrats menaçaient de passer en backwardation il y a environ deux semaines, ce qui avait fait naître des inquiétudes chez les opérateurs mais ils sont aujourd’hui rassurés », indique un trader. « Globalement, les vendeurs se satisfont de conserver leur métal. Et quand ils décident de vendre, ils font des offres vers le haut de la fourchette, voire au-delà même », poursuit le trader.

Les primes négociées sur les contrats de livraison de lingots non dédouanés disponibles depuis les entrepôts de Rotterdam se nouent entre 80-90 $/t. Des offres à 100 $ ont été effectuées et il devient de plus en plus difficile d’obtenir une prime de 80 $. Néanmoins, les volumes d’échange sont restés faibles ces derniers jours sur ce marché. « Les traders sont un peu plus confiants quant au niveau de la prime, mais peu veulent acheter ou vendre », ajoute un second trader.

Les primes scellées sur les livraisons de lingots dédouanés, départ entrepôts de Rotterdam demeurent à 100-115 $/t, inchangées depuis la semaine passée. Des offres ont été effectuées au-delà mais la plupart des primes ont été finalisées dans la fourchette. Le marché garde un œil sur les livraisons qui pourraient arriver depuis certaines régions du globe, comme le Canada, dont les exportations vers le continent sont libres de droits. Le métal en provenance du Canada est proposé à un prix équivalent à celui offert sur le marché dédouané européen. Des bateaux seraient déjà arrivés à Rotterdam, tandis que d’autres sont en route. Ces livraisons pourraient empêcher une progression des primes.

Les primes ont également fait preuve de stabilité en Italie, où elles demeurent à 150-155 $/t pour du métal dédouané fca Italie. Les livraisons vers la péninsule sont plus rares, ce qui crée des tensions, mais pas tant que cela, puisque la demande reste faible et l’accès aux crédits difficile. Certains consommateurs réclament dorénavant plus de souplesse au niveau des conditions de paiement.

 

Cuivre : des mois maigres en perspective

Pas de changement sur le marché européen du cuivre où les conditions ne s’améliorent pas. Les acheteurs manifestent toujours aussi peu d’intérêt pour les cathodes Grade A, qui continuent de s’échanger à une prime située entre 40-50 $/t, cif Rotterdam. Elles sont stables depuis le 21 avril.

Les acheteurs délaissent les cathodes proposées sur le marché spot au profit des Warrants libres de droit, plus intéressants. La remontée du contrat à trois mois sur le LME ces derniers jours contribue également à dissuader les acheteurs. Mardi 9 juin, ce dernier s’est hissé à un pic de six mois, à 5.774 $/t, alors qu’il avait plongé la semaine précédente à un creux plus observé depuis 2018. « La période est toujours aussi compliquée. Nous recevons beaucoup de demandes de reports de livraisons ou des demandes spécifiques. Il n’y a tout simplement pas d’acheteurs. Nous nous préparons à des mois de juin et juillet difficiles », indique un producteur du Vieux Continent.

 

Zinc : des livraisons qui posent question

En dépit du regain de consommation observé récemment et de la progression qui s’en est suivie du contrat à trois mois sur le LME, la demande en zinc pose question au regard des quelque 23.000 tonnes de métal livrées la semaine passée aux entrepôts du LME. Les magasins de Baltimore, de la Nouvelle Orléans (Etats-Unis), de Bilbao (Espagne) et de Port Klang (Malaisie), ont réceptionné plus de 23.000 tonnes de lingots de zinc. Les stocks sont actuellement à leur plus haut niveau depuis le mois de février. Pour autant, les acteurs du marché physique restent optimistes au sujet du retour de la demande, l’essentiel des usines ayant maintenant repris leur activité. « L’activité a retrouvé des niveaux quasi normaux en Europe. Mais visiblement, il faudra du temps pour qu’il en soit de même pour la demande au regard des livraisons effectuées ces jours-ci », commente un trader de la région.

De leur côté, les primes sont restées stables à travers tout le continent : elles demeurent entre 80 et 100 $/t, fca Rotterdam et Anvers, et entre 145-155 $/t fca Italie.

 

Nickel : fuite de carburant en Russie, pas d’impact en Europe

Le 29 mai dernier, 21.000 tonnes de carburant contenues dans le réservoir d’une centrale thermique du producteur russe Norilsk Nickel se sont déversées dans la rivière Ambarnaïa qui traverse la ville de Norilsk, en Sibérie. Le dégel du permafrost serait à l’origine de la rupture du réservoir. « Je ne pense pas que cette catastrophe écologique aura un impact sur le marché européen. Norilsk Nickel conserve généralement un mois de stocks à Rotterdam pour ses clients européens », indique un trader du continent. « Le marché est excédentaire et au regard du niveau actuel de la demande je pense que cela va simplement tendre l’offre très légèrement » poursuit le trader. La demande des secteurs de l’automobile, de l’aérospatiale, comme de l’acier inoxydable, reste faible en raison de la crise sanitaire.

Aucune incidence de l’accident survenu chez Norilsk Nickel n’a été constatée sur les primes qui demeurent inchangées, que ce soit sur les cathodes entières (à 60-100 $/t) ou coupées (à 210-250 $/t), ou sur les briquettes (à 20-60 $/t) disponibles départ entrepôts de Rotterdam.