Retour
cours des métaux

cuivre aluminium LME

Réouverture de la Chine : un sentiment mitigé

Posté par : Christophe Véron 10.01.2023 à 11h40

L’enthousiasme suscité en début de semaine par la réouverture des frontières chinoises reste à confirmer. Les perspectives concernant la demande semblaient meilleures mais l’économie mondiale reste vulnérable au risque de récession. A l’approche de potentiels relèvements de taux, le dollar pourrait s’affermir, rendant les métaux plus onéreux pour les détenteurs d’autres devises. Par ailleurs, la demande en métaux devrait ralentir au cours de la semaine de célébrations du Nouvel an lunaire en Chine, du 23 au 27 janvier.

Pour l’heure, le cours de l'aluminium connait une certaine volatilité depuis quelques jours sur la Bourse des métaux de Londres (LME), lesté par une production qui se maintient alors que la demande venant de Chine, important pays consommateur de métaux, décline avec la vague épidémique de Covid-19.

Si « la production d'aluminium dans certaines régions de Chine reste limitée en raison du rationnement de l'électricité », ce manque reste largement compensé par « la mise en service de nouvelles capacités » de production dans le pays, estime Thu Lan Nguyen, pour Commerzbank. L'analyste affirme également que le marché s'attend à un « refroidissement de la demande en Chine, du moins à court terme », « ce qui explique probablement la faiblesse récente du cours de l'aluminium ».

La Chine, grande consommatrice de métaux industriels, est en effet en proie à une forte vague de contamination au Covid-19 après avoir brusquement assoupli ses restrictions sanitaires, ce qui pèse directement sur sa croissance et donc sa demande en métaux.

Mais pour Carsten Fritsch, de Commerzbank, les investisseurs restent « confiants dans une reprise économique prononcée » une fois la vague épidémique passée, ce qui devrait porter le marché des métaux de base.

Sur une semaine, le métal léger voit ainsi sous cours lowest LME grapiller quelques dizaine de dollars pour venir franchir la barre des 2.400 dollars, en grande partie par réaction à la hausse significative du cuivre.

 

Le cuivre au plus haut depuis 6 mois

De fait, dès le début de cette semaine, le métal rouge s’est propulsé à un niveau plus vu depuis 6 mois, porté par l’amélioration des perspectives de demande générée par la réouverture des frontières chinoises.

Les économistes et analystes s’attendent en effet à ce que les politiques chinois prennent de nouvelles mesures destinées à relancer le secteur immobilier du pays.

De son côté, Fitch Solutions a revu sa prévision de moyenne pour le cuivre en 2023 à 8.500 dollars la tonne, contre 8.400 dollars la tonne précédemment. « Les cours sont soutenus par le rebond de la demande en cuivre de la part des consommateurs chinois. Ces derniers ont voulu tirer parti du repli des cours pour reconstituer leurs stocks », justifie Fitch, avant de préciser que l’offre devrait rester perturbée en Amérique Latine, l’empêchant de progresser de manière significative.

Le Chili, premier producteur mondial de cuivre, a vu sa production chuter de 6,9 % en novembre, à 449.000 tonnes.

Pour l’heure, le métal rouge voit son cours passer la barre des 8.800 dollars, en hausse de 400 dollars sur une semaine.

Les autres métaux sont plus ou moins heureux. À commencer par le nickel qui dérape. Son cours lowest LME se rapproche dangereusement des 27.000 dollars ; il en valait plus de 31.000 il y a huit jours. Même chose pour le plomb qui perd 100 dollars à 2.200 dollars. Le zinc gagne une grosse centaine de dollars à 3.175 dollars. L’étain redresse un peu la barre, à 25.725 dollars ; soit une hausse hebdomadaire de 600 dollars.

 

L’Europe renforce ses liens avec l’Amérique du Sud dans les métaux

03.02.2023
+

Rusal développe sa verticalité

03.02.2023
+

Argus des Métaux - Les déclarations de la Fed font plonger le dollar

02.02.2023
+